CIRCULATION SÉGUR-TREUILS- PÉTITION-

Bonjour à tous nos adhérents,

1- COLLECTIF SÉGUR-TREUILS : comme évoqué lors du dernier article, les habitants de la rue de Ségur et de la rue des Treuils subissent l’accroissement considérable du volume de circulation provoqué par tous les véhicules entrant par la barrière de Pessac et souhaitant aller vers le centre de Bordeaux. Une pétition est en circulation que je vous propose, si vous en avez convenance, de signer.. Nous savons maintenant que ce n’est qu’une première étape vers la mise en sens unique sortant de l’intégralité de la rue de Pessac avec les lourdes conséquences à venir sur la rue Saint Genès et toutes les rues adjacentes et voisines.. Nous sommes donc tous concernés par cette politique (ZFE et Décarbonation) qui tend à rendre impraticable les rues de bordeaux pour toutes les voitures. Nous risquons donc comme nous l’avions prévu de voir notre quartier embouteillé par des flots considérables de véhicules entrant par les boulevards et désirant se rendre vers le centre de Bordeaux. Vous pouvez simplement accéder à la pétition via le lien ci-dessous au travers du site change.org (site international référencé comme bénéficiant des garanties de suivi et de surveillance). Pour parfaire votre information, je n’ai toujours aucune réponse à ma demande de rendez-vous auprès de Monsieur Didier Jeanjean et Fannie le Boulanger pour justement essayer d’obtenir des informations précises sur ces sujets. A la suite du texte de la pétition et du lien, un article d’Actu- Bordeaux que vous avez peut-être lu vient conforter notre sentiment de ne plus être entendu par nos élus…

+ DE TRAFFIC – DE SÉCURITÉ + DE POLLUTIONS

                         COLLECTIF SEGUR – TREUILS
                                          PETITION
                        SAUVONS NOTRE QUARTIER !
Suite à une modification des sens de circulation au niveau de la barrière de Pessac, la rue de Ségur et la rue des Treuils sont devenues de véritables autoroutes urbaines.
Depuis juin, un sens interdit à l’entrée de la rue de Pessac dévie les véhicules venant des boulevards : vers la rue de Ségur puis vers la rue des Treuils …. pour revenir à la rue de Pessac 100 mètres plus loin (!)  ; ou vers la petite rue Grandier-Vazeille.
La situation est aberrante : ce sens interdit est motivé par la mise en place d’un couloir de bus qui ne fait aujourd’hui que 100 mètres de long puisqu’il s’arrête à la caserne Boudet.  Les voitures voulant entrer dans Bordeaux et venant de la barrière du Médoc, de la barrière de Toulouse, ou du cours Galliéni sont donc obligées de tourner à droite dans la rue de Ségur puis la rue des Treuils, ou à gauche dans la rue Grandier-Vazeille.
Cela n’a d’intérêt pour personne : ni les riverains (énormes nuisances), ni les automobilistes (trajet rallongé), ni l’environnement (pollution).  
Ce détour forcé crée une situation infernale, un flot permanent de voitures, dans ces rues de quartier limitées à 30 km/h et comptant également de nombreuses écoles. La sécurité des élèves, des piétons et des cyclistes n’est plus assurée.  
La rue de Ségur et la rue des Treuils n’ont pas à devenir des boulevards de substitution.  
Signez la pétition pour que les choses changent et que le quartier soit à nouveau apaisé et sécurisé.

Agacé par la politique du maire de Bordeaux, Patrick Bobet songe à mettre une rue en sens interdit

Patrick Bobet, l’édile du Bouscat, estime que la mairie de Bordeaux et la Métropole sont responsables de la hausse des embouteillages dans sa commune. Il souhaite contre-attaquer.

Patrick Bobet, le maire du Bouscat, estime que l'explosion des embouteillages sur sa commune est due à la politique menée par la Métropole et la mairie de Bordeaux.
Patrick Bobet, le maire du Bouscat, estime que l’explosion des embouteillages sur sa commune est due à la politique menée par la Métropole et la mairie de Bordeaux. (©Ville du Bouscat)

Actu Bordeaux

Depuis la création de couloirs bus-vélos sur les boulevards de Bordeaux, le maire du Bouscat, Patrick Bobet, estime que la circulation est devenue invivable dans sa commune. Il a d’ailleurs reçu plusieurs pétitions de riverains à ce sujet.

Plusieurs fois, l’ancien président de Bordeaux Métropole a alerté la nouvelle majorité métropolitaine mais il n’a pas été écouté, estime-t-il. Au contraire, ces fameux couloirs ont été pérennisés en mai 2021, alors qu’ils n’étaient censés être que provisoires.

Agacé par la politique des mobilités pratiquée par le maire de Bordeaux et par la Métropole, Patrick Bobet a dégainé une étude pour démontrer l’augmentation fulgurante du trafic.

50% de trafic en plus sur un axe principal

Selon les résultats obtenus, le nombre de voitures empruntant l’axe avenue Marcelin Berthelot – avenue Gauthier Lagardère – avenue Sadi Carnot est passé de 5 167 par jour en 2017 à 7 999 véhicules en 2021. Soit une hausse de plus de 50 %. Pour le maire du Bouscat, le constat est simple : « Depuis que les boulevards sont passés de deux files à une seule pour les voitures, les automobilistes en provenance de la place de Ravezies ont la fâcheuse tendance à sortir à la première à droite pour se rendre sur Caudéran, Eysines et tout le cadran nord-est de Bordeaux. Du coup, ils se retrouvent à traverser Le Bouscat au lieu de poursuivre sur les boulevards. » Patrick Bobet attend de la Métropole et de la mairie de Bordeaux des réactions fortes, sinon il envisage de passer plusieurs axes principaux de sa commune en sens unique, à l’image de l’avenue Marcelin Berthelot donc, mais aussi – et surtout – de l’avenue Tivoli. « Je mettrais un sens interdit pour les automobilistes qui arrivent des boulevards, explique-t-il. Purement et simplement. Je ferais ce qu’a fait le maire de Bordeaux, qui a décidé de mettre la rue de Tivoli (qui est le prolongement de l’avenue de Tivoli, de l’autre côté des boulevards) en sens unique depuis juillet dernier  sans prendre l’avis de quiconque. Ce qu’a fait Bordeaux, je vais faire la même chose. Si chacun commence à se protéger des voitures en transit, on va continuer. »

« Je ne vais pas attendre un an de plus »

Patrick Bobet estime que le sens interdit instauré sur la rue de Tivoli, pour les nombreux automobilistes qui arrivent de l’avenue de Tivoli, contribue à embouteiller cet axe routier. Le maire de Bouscat se dit prêt à passer à l’action rapidement pour contrecarrer la politique de la mairie de Bordeaux et de la Métropole : « Ça fait un an qu’on ne m’écoute pas. Je ne vais pas attendre un an de plus pour réagir, il n’en est pas question. Il est temps de prendre le problème à bras le corps et de chercher des solutions rapidement efficaces. »

Bonne journée à tous

Lionel Grossmann-Président de l’ARQSG

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Charte liée au commentaires publiés sur le site